Une âme bienveillante

sept. 06 2010
Date de publication: 
Vendredi, 2 Avril, 2010

"Cette main, elle s'en souvient encore aujourd'hui, celle d'un homme déjà bien âgé, rugueuse et ridée.
Les tremblements qui pouvaient parfois la parcourir, s'effaçaient pour faire place à une main ferme.
Dans ces instants, Loula ressentait la chaleur véhiculée, les battements presque imperceptibles du coeur de l'homme qui communiait avec elle, comme lointains et parfois un peu las mais toujours présents telle une revanche sur le temps qui passe et qui se fraye un chemin à travers les deux êtres dans un seul battement
sacré, à l'unisson."

A travers le personnage de Loula, l'auteur nous fait partager ses souvenirs de jeunesse en compagnie de ses grands-parents et plus particulièrement son grand-père.
Un récit sincère et émouvant d'une femme qui aime la vie et se nourrit de ses racines.

 Livre épuisé.

Commentaires

Portrait de gaellec

Bonjour à vous Gaëlle, juste

Bonjour à vous Gaëlle, juste ce petit commentaire pour vous dire que je viens de terminer votre  livre "Une âme bienveillante". Cette histoire est un petit trésor de nostalgie qui fait du bien, croyez moi, dans ce tourbillon de vie. J'invite ceux qui ne l'ont pas encore découvert à le faire très vite. Encore merci à vous pour les moments de bonheur que vous m'avez fait passer.

Sandrine Marchand (Les Deux Sèvres), le 15/09/2011

Portrait de gaellec

Merci beaucoup Sandrine,

Merci beaucoup Sandrine, votre témoignage me touche réellement. Je découvre avec plaisir que ce livre plait toujours autant et qu'il apporte des valeurs qui font échos chez beaucoup d'entre nous. J'en suis très heureuse.

Chère Gaëlle, J'ai fais une

Chère Gaëlle,

J'ai fais une première lecture très avide de découvrir l'oeuvre nouvelle d'une personne que j'apprécie au plus au point puis j'ai laissé reposer comme ol laisse décanter un cru de qualité pour la go^rter à nouveau délicatement de manière à en ressentir toute la texture, les arômes afin de bien la déguster. Je dis "la" puisque c'est de l'oeuvre dont il s'agit et comme toujours je veux toucher, voir, humer, écouter, m'abreuver et me délecter car la lecture d'un livre est pour moi un plaisir où de tous les sens. Je me suis ainsi offert le plaisir d'une seconde lecture en écrivant au fur et à mesure quelques annotations sur un calepin pouir faire "une petite critique littéraire"...(Que de prétentions!!!) Comme je vous l'avais promis.

Petit détour d'abord avec l'illustration de couverture qui est très originale, elle attire le regard par sa couleur et la finessse d'un dessin très gracieux qui interpellent: Femme, flamme, fleurs, coeurs=rouges. Les arabesques qui forment la coiffe et l'écharpe et enveloppent le personnage féminin symbolisent t'elles "L'aura de Grand-père Moïse"? Je l'ai ressentie comme une peinture de "l'âme" du livre.

L'histoire de Loula n'est pas triste, le récit est très émouvant certes mais surtout plein de tendresse, d'amour et d'espérance. Tout un chacun pourrait presque un peu trouver son parcours: Déceptions, joies, douleurs, regrets et remords, culpabilité, frustrations, séparations, deuils, combats, petits et grands bonheurs, la vie telle qu'elle est, cruelle parfois mais belle et désirable!

L'écriiture est plaisante, le style est très vivant même s'il y a peu de dialogues. Le ton narratif reste léger, bien enlevé. Les coutumes, la vie quetidienne, les lieux de l'époque de l'enfance de Loula ainsi que la personnalité des différents personnages du récit sont retranscrits avec précision et sont très évocateurs. Quelques pointes d'humour viennent soulager des moments d'émotion trop forts. La différenciation entre le présent et le passé est amenée de manière intéressante, originale avec le texte en italique et ici l'émotion y est souvent très intense. Mais surtout il y a beaucoup d'affects exprimés avec poésie dans l'évocation des souvenirs d'enfance et de la relation avec le grand-père de Loula. On ressent pleinement l'atmosphère du "Clan" et le lien qui se crée et qui deviendra pour toujours "le fil conducteur" si bien défini dans ces passages:

"De ces années, tout au long de l'enfance, Loula devait acquérir une force vive, brûlante, que rien ne semblerait atteindre même les plus grandes détresses jalonnant sa vie de femme. Au sein de son clan, elle était la reine autour de laquelle gravitaient les ouvrières et  les faux bourdons. L'essaim protecteur était à la hauteur du royaume que l'on avait édifié pour elle. Protégée à l'instar des alvéoles cireuses et nourrit au miel, l'un des meilleurs car le nectar qui en était la source avait été collecté avec minutie et délicatesse sur des fleurs dégageant des fragrances rares."

 

Ce "Travail de mémoire" de Loula est comme une petite flamme qui grandit tout au long du récit et enflamme un véritable feu d'artifice d'amour et de reconnaissance dans sa "Lettre à mon grand-père".

Loula a raison, il faut toujours garder son "Saints Pater" en mémoire, car même s'il ne fait plus partie du patrimoine familial, il en reste l'âme que l'on peut transmettre... Alors dansons et partageons ces bulles pétillantes!!!

Affectueusement,  Marie-Claude

Tant de travail analytique

Tant de travail analytique pour moi, grand merci Marie-Claude. Tant de choses abordées dans ton commentaire, des remarques précieuses et qui me confortent dans l'idée que l'échange avec mes lecteurs reste ce qu'il y a de meilleur avec la phase d'écriture.

J'ai chaud au coeur...

Ma chère Gaêlle. Nous nous

Ma chère Gaêlle.

Nous nous sommes vues hier à votre séance de dédicaces à la bibliothèque de ma commune et c'est avec plaisir que j'ai pu partager votre joie devant l'accueil qui vous a été fait et l'intérêt porté par vos lecteurs.

Au cours de notre conversation vous m'avez dit que vous aviez créé un site internet ce que j'ignorais et bien évidemment j'ai été piquée par ma curiosité... Il fallait que je le vois ! En un clic je l'ai trouvé.  Je savais bien sur qu'il y aurait une photo où j'étais présente puisque vous me l'aviez dit. Mais quelle ne fut pas ma surprise de découvrir aussi ma petite bafouille ! J'en ai été profondément touchée et émue ainsi que par votre réponse. J'ai regardé avec grand intérêt les commentaires de vos lecteurs. L'unanimité des émotions que votre premier ouvrage à suscité en montre sa valeur. Je me suis volontairement abstenue de lire ceux de votre recueil de nouvelles... Je l'ai lu dès sa parution mais comme je vous l'ai dit, certains événements que vous connaissez m'ont embué l'esprit. Je vais le reprendre maintenant que le goût de la lecture pointe son nez à nouveau et je ferais une nouvelle petite bafouille....

Merci Gaëlle de nous enchanter ainsi !

Moi aussi j'ai chaud au coeur....

Affectueusement.

Marie-Claude

Portrait de gaellec

Marie-Claude, fidèle parmi

Marie-Claude, fidèle parmi les fidèles, que dire de plus qu'un grand remerciement pour votre témoignage. Voici maintenant quelques temps que vous suivez mon parcours et votre enthousiasme me porte dans toutes mes nouvelles aventures. Je vous embrasse.

Un grand merci pour la

Un grand merci pour la dédicce de ton livre qu j'ai reçu à l'occasion de la fête des mamans. Les mots sont très touchants. C'est avec un grand enthousiasme que j'ai commencé le livre dès dimanche soir et j'avoue qu'à cet instant moi aussi je me projette dans les faits et j'arrive à ressentir une grande émotion. La famille est vraiment le coeur de notre vie, chaque instant, chaque moment passé avec nos enfants, nos frères, soeurs, parents et grands-parents sont sujets à de fortes émotions, de sensations de bien être.

Malheureusement, quand un membre de la famille proche s'en va, c'est une déchirure pour tous mais par la suite, on revit, en pensant chaque jour à l'autre et aux instants présents.

J'ai hâte de finir ton livre, mais je ne vais pas trop vite pour pouvoir en savourer chaque soir. Merci encore. Amicalement.

Merci Patricia, je constate à

Merci Patricia, je constate à travers ton témoignage que tu ressents la force qui m'anime aujourd'hui, un grand atout dans nos vies.

Nous venons t'exprimer toute

Nous venons t'exprimer toute notre gratitude et te remercier pour ton livre, nos félicitations aussi pour ta sincérité dans ton récit, qui nous en sommes certains, sera une satisfaction pour les générations futures. Et si ton travail et tes occupations familiales t'en laissent encore le temps, écris chaque fois que tu pourras, on s'évade en écrivant.

Mes pensées affectueuses.

Mai 2010

Je suis très touchée par ce

Je suis très touchée par ce petit message Alice et te remercie de tout coeur.

Bonjour Gaëlle, Juste ce

Bonjour Gaëlle,

Juste ce petit mot pour te dire que j'ai commencé ton livre: il a été l'objet de plusieurs rendez-vous pendant le week-end: je m'y suis mis par curiosité la première fois puis les fois suivantes par plaisir et avec émotion.

Je te recontacte quand il sera terminé.

Commentaire du 17 mai 2010

Merci Vincent, j'espère que

Merci Vincent, j'espère que l'émotion sera présente jusqu'à la fin du livre.

Bonjour, Je viens juste de

Bonjour,

Je viens juste de terminer votre livre que j'aurais pu lire d'une seule traite si les impératives professionnelles et familiales ne m'avaient ramener au temps présent...

Que de talent...
Pour coucher sur papier autant de souvenirs et d'émotions!

Je me suis retrouvée dans plusieurs passages, et plus précisément me concernant. Un lien très fort me rattachais et me rattache toujours à mon "Pépé"-Grand-père paternel-qui était aveugle et avec qui j'ai apprécié de passer un peu de temps chaque jour puisqu'il habitait la maison à côté de la nôtre.

Tout comme vous, sa perte fût un terrible choc pour moi. Il est décédé brutalement d'une crise cardiaque le 28 juillet 1981...sans aucun signe préalable de faiblesse! Alors que le soir même, malgré mes 19 ans (tout comme vous), j'étais assise sur ses genoux et chantais avec lui ses chansons fétiches: "Le Petit Parisien" et  la "Java Bleue"...

Et, nous aussi, nous avons dû "faire vite"....

C'est un très beau livre et un très bel hommage à vos grand-parents qui doivent être fiers de vous en ce moment....

Félicitations encore et merci et ...bon courage.

Commentaire du 29 mai 2010


Merci de tout coeur

Merci de tout coeur Bernadette pour ce témoignage touchant et émouvant.

Soizic, ne range surtout pas

Soizic, ne range surtout pas tes mouchoirs! J'ai fini de lire le livre de not'petite Gaëlle! C'es très compliqué de lire un livre avec les yeux embués!!! Gaëlle, j'ai adoré ton livre, je l'ai commencé et puis je n'ai pas pu le poser! Tu me fais beaucoup pleurer en ce moment! Il m'a renvoyé à mes propres souvenirs avec mon pépé et c'est bon. Au fait le foie de veau-purée maison fait partie de mes bons souvenirs! J'aime la façon que tu as de voir les choses de la vie, quelle force!!! Bref, merci pour ce bon moment de lecture! Bises à toi et à ta petite famille!!!

commentaire du 29 mai 2010

Merci beaucoup Sandrine, je

Merci beaucoup Sandrine, je suis heureuse que grâce à ce livre, tes propres souvenirs soient remontés à la surface. Amitiés

Gaëlle, Gaëlle, Gaëlle... A

Gaëlle, Gaëlle, Gaëlle...

A y est, ma curiosité est assouvie. Je viens de refermer la dernière page d' "Une Ame Bienveillante". (enfin, c'était hier soir, mais j'ai aussitôt pris un papier, un crayon; je reporte là mes premières impressions.).

Que t'en dire?...

Beaucoup d'idées se bousculent au portillon, pardonne la confusion.

J'avoue rester troublée par le petit passage nous concernant, déterminant ton cheminement jusqu'à l'arrivée de Louis. Troublée par le fait que jusqu'à te lire, je n'avais pas soupçonné une minute ton mal-être d'alors. Sans doute étais-je submergée par mon propre bonheur...

Sinon, sur l'ensemble, plusieurs sentiments s'entrelacent:

- réflexion sur la valeur des relations, de nos vies, de nos choix,

- un côté plus dérangeant, "voyeur", à l'évocation de ta vie, de tes valeurs, de ton histoire, de ton intimité,

- une terrible jalousie pour moi qui n'ait rencontré aucun de mes grand-pères et qui aurait rêvé la relation que tu as vécue,

- une profonde émotion ceci-dit, à revivre à travers ton récit les liens et les merveilleux moments avec mes grand-mères, essentiellement avec ma "mémé" paternelle. Je n'ai d'ailleurs pas résisté moi aussi à l'évoquer dans mon roman. On ne sort pas indemme de ces moments forts de notre enfance, avec les mêmes regrets et remords quand on s'est détourné d'eux à l'adolescence... Et puis, à travers tes mots, tu "titille" nos souvenirs en revivant leur disparition et l'ambiance particulière de ces instants douloureux.

J'ai apprécié de jolies tournures de phrases, de belles images, ta poésie.

J'ai fait grâce à toi un formidable voyage en enfance, retrouvé des odeurs et des saveurs passées, ressassé des regrets à jamais enfouis, ou simplement repensé des épisodes de ma propre vie.

Merci encore de ta confiance en nous offrant cette "part" de toi.

Je laisse Jo goûter à son tour ta prose et je pense que je reprendrai le temps de la parcourir plus tranquillement ensuite.

Bonne chance pour la suite..., on l'attend de pied ferme.

Caro

Merci Caroline, je te

Merci Caroline, je te souhaite également une longue vie dans l'écriture.